Actualités, NEWS

Gabon – Le Pass sanitaire arrive le 15 décembre : Qu’en pensent les Gabonais

Gabon – Le Pass sanitaire arrive le 15 décembre : Qu’en pensent les Gabonais

La moyenne hebdomadaire des nouveaux cas selon les chiffres de CSSEGISandData, est de 132. Trop, pour les autorités gabonaises, qui ont décidé d’instaurer le pass sanitaire dès le 15 décembre 2021. L’annonce a été faite mercredi 27 octobre par le Dr Guy Patrick Obiang, ministre de la Santé.

Tout Gabonais ne disposant pas d’un schéma vaccinal, pourra toutefois présenter un test PCR négatif, contrairement à un pays comme le Maroc où les tests négatifs ne sont pas acceptés. Toutefois, au Gabon, il faudra disposer de moyens conséquents pour pouvoir payer un test PCR, entre 20 à 50 000 FCFA, soit 31 à 76 euros.

En ce qui concerne les voyages internationaux, les vaccinés sont exemptés de quarantaine, a annoncé le ministre.©Dzaleu.com

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

Qu’en pensent les Gabonais : analyse du site Gabon Review


(Gabon Review) – Devra-t-on vivre dans un Gabon scindé en deux : d’une part les vaccinés jouissant d’un traitement de faveur, d’autre part les non-vaccinés condamnés à ruser au quotidien ?

En conditionnant l’accès aux lieux publics à la présentation d’un test PCR ou d’un carnet de vaccination, le gouvernement a semé doute et émoi au sein de l’opinion. Tout s’est passé comme si la vaccination était devenue obligatoire. Comme si le carnet de vaccination était devenu une pièce d’identité. Comme si la lutte contre la covid-19 relevait de formalités administratives. N’en déplaise au ministre de la Santé, ces mesures ne sont nullement proportionnées. Ne correspondant ni à notre réalité ni à notre taux de prévalence, elles rappellent celles en vigueur en France. De façon insidieuse, le Gabon va entrer dans l’ère du pass sanitaire. Après tout, la reprise ou le maintien de certaines activités dépend de l’adhésion à ce dispositif.

Régime d’exception

A compter du 15 décembre prochain, nul ne pourra entrer dans une administration, une entreprise, un restaurant ou un snack-bar s’il n’est vacciné. Pourtant, le président de la République s’est longtemps défendu de vouloir en arriver là. «Je tiens à rappeler à tous que le vaccin n’est pas obligatoire mais fortement recommandé par les autorités sanitaires nationales et internationales», affirmait Ali Bongo le 22 mars dernier. S’est-il ravisé ? Sur quels fondements scientifiques ? S’est-il préalablement assuré de la constitutionnalité d’une telle mesure ? A-t-il cherché à vérifier si elle porte atteinte aux droits fondamentaux et libertés individuelles ? Même si elle n’attend pas grand-chose du Comité scientifique, l’opinion s’interroge. Quand bien même elle ne se fait guère d’illusion quant à une éventuelle réponse de la Cour constitutionnelle, elle aimerait être fixée. Déjà, l’on relève un détail : ces mesures ne sont pas limitées dans le temps. Comme si l’état de catastrophe sanitaire n’était pas un régime d’exception, le gouvernement a évité de se prononcer sur la question.

Rejoignez-nous sur Telegram
Reinfo et société : @dzaleumedia 
Vidéos archives : @dzaleumediavideos
Styles de vie : @dzaleumag 
Langue Beti : @dzaleu_ekang

Par ailleurs, deux points suscitent les réserves les plus vives. D’abord, la généralisation du pass sanitaire à l’ensemble du monde professionnel. Partout dans le monde, cette disposition s’adresse à certains salariés, notamment ceux exerçant dans les lieux de loisirs, de convivialité, de santé, les transports publics ou les centres commerciaux. Le Gabon sera-t-il le premier pays à l’étendre à tous les secteurs d’activité voire à toute la population ? Si on peine à le croire, on aimerait comprendre. Ensuite, la conformité au droit du travail. Le pass sanitaire ne viole-t-il pas l’esprit du Code du travail et du statut général des fonctionnaires ? Quel rôle pour les employeurs ? Devront-ils procéder à des contrôles ? Auront-ils le droit de suspendre les contrats de travail en cas de non-présentation du pass sanitaire ? Qu’encourent-ils au cas de refus de se plier à cette exigence ?

Un Gabon scindé en deux

Sauf à vouloir transposer les dispositions de la loi française, le gouvernement doit approfondir sa réflexion. En tout cas, il doit revoir sa copie. Ce dispositif vise-t-il à limiter la propagation du virus ou à promouvoir la vaccination ? Si on aurait pu croire en la première hypothèse, la suppression de la gratuité valide plutôt la seconde. Comment ne pas y voir une légalisation déguisée de l’obligation vaccinale quand les prix des tests sont revus à la hausse ? Le vaccin sera-t-il gratuit ou payant ? Où l’on se demande si tout cela n’est pas attentatoire aux libertés syndicales, politiques ou de conscience. A la fin des fins, l’on se demande si tout cela ne facilite pas une immixtion de la puissance publique dans la vie privée ou si on n’assiste pas à la naissance de deux catégories de citoyens. Devra-t-on vivre dans un Gabon scindé en deux : d’une part les vaccinés jouissant d’un traitement de faveur, d’autre part les non-vaccinés condamnés à ruser au quotidien ?

Le gouvernement pourra se défendre en prenant exemple sur la France et, plus largement l’Union européenne. Il subsistera toujours des doutes. Si le pass sanitaire a été imposé dans d’authentiques démocraties, le débat sur la préservation des libertés n’y a guère été occulté. En particulier, ces Etats ont cherché à protéger la liberté d’aller et venir, la liberté d’exercer une activité professionnelle et la liberté d’entreprendre. Eu égard au scepticisme affiché par l’opinion, l’exécutif gagnerait à faire de même, à défaut de se mettre à l’écoute. Autrement, il pourrait très vite être accusé d’instaurer une «dictature sanitaire” voire de poursuivre un dessein inavouable mais déjà pointé : le verrouillage de la vie publique.

Roxanne Bouenguidi
©Gabonreview

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :