Actualités, NEWS

Burkina Faso : Une ex-candidate à la présidentielle appelle l’armée à contraindre le président à la démission

Burkina Faso : L’ex-candidate à la présidentielle Yéli Monique Kam appelle l’armée à contraindre le président à la démission

Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, est soumis à une contestation populaire grandissante, notamment du côté d’une jeunesse anti-françafrique. Cette fois, c’est une figure politique de premier plan, qui vient de se positionner contre le président. Il s’agit de l’ex-candidate à la présidentielle de 2020, Yéli Monique Kam.

Bientôt âgée de 49 ans, Yéli Monique Kam est une femme politique, chef d’entreprise et présidente du Mouvement pour la Renaissance du Burkina Faso (MRB). Son parti était jusque-là membre de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). Il vient de se retirer.

L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse, le vendredi 21 janvier 2022 à Ouagadougou. Yéli Monique Kam dénonce la mauvaise gouvernance du pouvoir en place.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

La nouvelle a été rendue publique le vendredi 21 janvier 2022

(Libre Info) – Après le Parti pour la Démocratie et le Changement (PDC), de Saran Sérémé, c’est au tour de l’ex candidate malheureuse à la présidentielle de novembre 2020 et présidente du Mouvement pour la Renaissance du Burkina Faso (MRB), Yéli Monique Kam, de quitter la majorité présidentielle.

«Ce n’est qu’hier ( 20 janvier 2022, Ndlr) que nous avons déposé au ministère de l’Administration territoriale, notre démission de la majorité présidentielle », a-t-elle révélé.

Au regard de la situation sécuritaire dégradante, Yéli Kam dénonce une mauvaise gestion du gouvernement , qu’elle qualifie de «gouvernance catastrophique, caractérisée par des crimes économiques. »

Pour elle , le président Roch Kaboré a failli dans sa mission de protection de l’intégrité du pays. «En 2015, le président Kaboré héritait d’un territoire de 274 000 km2, force est hélas de constater que le régime en place a perdu les 2/3 du territoire national. »

je-m-abonne-a-dzaleu-button

A cette occasion, elle appelle l’Armée à prendre « pleinement ses responsabilités dans la lutte du peuple pour un changement de paradigme. »

Selon la présidente du MRB, l’intervention de l’Armée devient une nécessité, par un «pronunciamiento» pour exiger la démission de Roch Kaboré, dans la vision de favoriser une alternance politique. Celle-ci précise que le « putsch » n’est pas un coup d’État.

A cet effet, Mme Kam a annoncé une série de manifestations qui seront organisées tous les vendredis à partir de 14 heures à la place de la nation par les partisans de son parti.

En ce qui concerne les restrictions sur la connexion internet, Yeli Kam n’est pas passé par quatre chemins pour qualifier cela d’un abus de pouvoir . Pour elle, le gouvernement cherche à se protéger en empêchant le peuple de s’exprimer.

Pour mémoire, Yéli Monique Kam, a été la seule dame à la présidentielle de 2020. Son projet de société était assis sur des réformes majeures de l’Education nationale. Après la présidentielle, elle avait rejoint les partis politiques de la majorité présidentielle.
Source : Libreinfo.net

Selon ce communiqué, une tentative de coup d’État aurait été déjouée le 8 janvier
je-m-abonne-a-dzaleu-button
retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :