Actualités, NEWS

Nigeria : Certains Etats ont déjà annoncé qu’ils s’opposeront à tout plan de vaccination obligatoire d’Abuja

Nigeria : Certains Etats ont déjà annoncé qu’ils s’opposeront à tout plan de vaccination obligatoire d’Abuja

Le 1er septembre, Boss Mustapha, secrétaire du gouvernement fédéral, annonçait que le Nigeria allait rendre la vaccination obligatoire pour les fonctionnaire fédéraux dès que le pays disposera d’assez de doses. C’était à Abuja lors d’une réunion du Forum des commissaires à la santé avec les ministères, départements et agences (MDA) fédéraux et partenaires de la santé.

Même si le Nigeria ne compte que 206 000 cas déclarés et 2.724 décès liés au Covid-19 (au 1/10/2021) pour une population de près de 219 millions d’habitants, certains Etats font du zèle, comme celui d’Edo dans le Sud-Ouest. Alors que moins de trois millions de Nigérians sont vaccinés et que ce pays, la pression est forte sur les populations. Le but, les pousser au vaccin.

Mais, d’autres Etats ont déjà annoncé qu’ils s’opposeront à la vaccination obligatoire.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

Ces Etats qui ne sont pas pour la vaccination obligatoire au Nigeria

Parmi ces Etats, on peut citer Enugu, Cross River, Ogun, Bauchi ou Abia, comme le rapporte le site nigérian The Punch. Plutôt que de pousser leurs population au vaccin par la contrainte, ils préfèrent leur laisser le choix.

Mais, derrière cette politique, l’incitation à se vacciner est bien réelle. Certains reconnaissent qu’ils ne forcent pas au vaccin car les campagnes de sensibilisation par rapport à la population cible, sont un franc succès.

Dans l’Etat d’ENUGU, le Commissaire à l’information et porte-parole du Comité d’action de l’Etat sur le Covid-19, M. Chidi Aroh, a déclaré à Punch que son Etat respecterait les droits fondamentaux de chaque résident d’Enugu.

« Nous encourageons les gens à se faire vacciner, mais soyez assurés [qu’en le faisant], Enugu est un Etat qui est guidé par la loi. Nous allons respecter les droits fondamentaux de chacun tels qu’ils sont inscrits dans la Constitution de la République fédérale du Nigeria. Ainsi, dans tout ce que nous faisons, nous serons guidés par le processus de la loi et l’administration fera tout dans le cadre des lois en vigueur. Cependant, nous disons qu’il est approprié pour les gens d’aller se faire vacciner, mais nous ne ferons pas ce qui est illégal pour faire vacciner les gens », selon Chidi Aroh.

Dans l’État de CROSS RIVER, le commissaire à la santé, le Dr Betta Edu, a déclaré que les habitants se faisaient déjà vacciner et qu’il n’était donc pas nécessaire de les forcer à le faire

Selon le Dr Edu : « Nous avons demandé aux gens de se faire vacciner et les habitants de Cross River le font. Au cours de la première phase, Cross River a obtenu le meilleur taux de couverture de la population cible. Nous avons atteint plus de 117 %. Nous avons même épuisé notre vaccin et n’avons pas pu obtenir le vaccin pour donner la deuxième dose aux gens pendant huit semaines. Il n’y a donc pas besoin de les forcer. À l’heure où nous parlons, plus de 60 000 habitants de Cross River ont pris le nouveau vaccin qui nous a été apporté et d’autres le prennent encore. En fait, nous allons bientôt épuiser ce que nous avons et nous aurons besoin de plus. Il n’est donc pas nécessaire de le rendre obligatoire. »

A Edo, Etat pro-vaccination obligatoire, les populations ont manifesté
lundi 27 septembre 2021 contre le « No Pass No Entry » (Pas de pass, pas d’entrée)

Dans l’État d’OGUN, le Dr Tomi Coker exclut l’option consistant à interdire l’accès de ses installations aux personnes qui n’ont pas été vaccinées


Pour le le commissaire à la santé :

« L’État d’Ogun a bénéficié de la coopération des habitants qui se sont engagés de tout cœur dans la campagne de vaccination. Nous vaccinons plus de 7 000 personnes par jour, la situation dans l’État d’Ogun ne nécessite donc pas de telles restrictions. Ce que je voudrais encourager les gens à faire, c’est de porter correctement leur masque en public, car c’est encore le moyen le plus efficace de freiner la propagation du virus pendant que nous poursuivons la campagne de vaccination, qui devrait aller jusqu’au quatrième trimestre de l’année prochaine. »

Dans l’État de BAUCHI, pas d’interdiction d’accès des sites gouvernementaux aux non vaccinés

Pour le Dr Rilwan Mohammed, président exécutif de l’Agence de développement des soins de santé primaires de Bauchi et président du sous-comité de contact et de surveillance de la Task Force sur le COVID-19 dans l’Etat :

« Il n’y a pas de plan à ce sujet ; nous devons encore en discuter au niveau du comité. Mon président est le gouverneur adjoint et il n’a rien dit à ce sujet et nous n’en avons pas discuté. »

Où en est la vaccination au Nigeria

« 4 255 621 citoyens éligibles ont été vaccinés avec la première dose, ce qui représente 3,8 %, tandis que seulement 1 745 663 ont été entièrement vaccinés avec la première et la deuxième dose, soit 1,6 % de la population », écrit Punch, citant des données de la National Primary Health Care Development Agency (NPHCDA), l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires.

Pourquoi les Nigérians sont réticents à se vacciner

Pour le professeur Victoria Adetunji, président du comité d’intervention d’urgence COVID-19 de l’Université d’Ibadan, la première raison est le « mythe » selon lequel les vaccins ont été produits pour réduire la population humaine.

« Beaucoup ne prennent pas le vaccin à cause du mythe qui circule selon lequel le vaccin COVID-19 est destiné à tuer les gens. Certains disent que c’est la marque du diable, 666, mais en tant que chrétienne, je sais que l’enlèvement aurait eu lieu avant que la marque du diable ne soit donnée », selon Madame Victoria Adetunji.

Source : The Punch

LIRE AUSSI
Afrique et défiance au vaccin

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :