Culture, EKANG, Mefoé

Rapper en Ewondo, le choix d’Hoosni, artiste camerounais

Rapper en Ewondo, le choix d’Hoosni, artiste camerounais

De son vrai nom NDONGO Frederic, « Hoosni » est un jeune artiste rappeur camerounais basé à Yaoundé. Sa particularité est de dépeindre sa poésie en langue bantou (Fang-Beti). Lorsque je suis tombée par hasard sur un de ses extraits vidéo sur Instagram, j’ai immédiatement été attirée par les mots du morceau joué. Tiens donc, un artiste qui rappe en Ewondo ! Et en plus, le rythme du morceau me faisait dodeliner de la tête !

Je le précise, car je suis ne suis pas vraiment ce qu’on peut appeler une fan de musique urbaine. Je serai plutôt de celles qui pensent que la jeune génération, notamment au Cameroun, gagnerait à ne pas singer les Nigerians ou afro-américains. Le résultat (du moins à mon avis), ce sont des chansons qui se ressemblent, des clips tous aussi identiques, bref, aucune originalité pour moi. Et si on y ajoute le recours aux mêmes ficelles qu’ailleurs (filles dénudées, faux cheveux et toutime), eh oui, l’univers de l’urban musique camerounais me parle peu.

Mais, en tombant sur Hoosni, j’ai ressenti l’envie d’en savoir plus sur ce jeune homme qui non seulement chantait en langue africaine, mais avec des paroles profondes. De fil en aiguille, j’ai découvert l’univers de Ndongo Frédéric, mon sentiment de départ se retrouvant positivement conforté en écoutant les différents morceaux de son EP.

Je m’arrête à ce niveau pour apporter une petite précision à ceux qui comme moi ne savaient pas ce que veut dire EP (bah oui, on est nombreux). Voilà la réponse de l’artiste : « EP c’est un sigle qui signifie Extended Play c’est un disc ou un projet d’une durée plus longue qu’un single généralement il comporte de 2 à 6 titres mais j’ai voulu en mettre 8. C’est une espèce de mini album si je peux dire comme ça. »

Pour Hoosni, chanter en langue africaine chez lui a été un processus

Puis, cela est devenu intégrante de son identité musicale aujourd’hui. Une de mes maximes préférées, et qui accompagne ma biographie :

Dans ce monde où la standardisation gagne du terrain, il est si facile de suivre la tendance, qu’importe qu’on y perde de soi. De plus, la situation des artistes camerounais, anciens comme jeunes, n’est pas vraiment la meilleure en Afrique côté droits d’auteurs. Un contexte qui pousse encore plus à opter pour la facilité. Alors, quand on tombe sur des artistes qui décident de valoriser leur singularité, à mon avis, il est de notre devoir, de les y encourager. Impressionnée par le talent et surtout le positionnement artistique de ce jeune artiste, j’ai voulu en savoir plus sur lui. Morceaux choisis :

Minsili Zanga : Vous venez de sortir votre premier EP, pourquoi ce choix de presque tous les morceaux en Ewondo?

Hoosni : Ca vient de loin parce ça a été un processus pour en arriver là. À la base, je rappais en français. Même si le résultat n’était pas mal, je manquais d’identité, je n’avais pas de plus-value.
Et un soir comme ça au studio avec un collègue, on a décidé de faire une chanson en Ewondo. J’ai écrit mon couplet et puis quand les gens ont écouté, ils ont beaucoup aimé. Et tout le monde me conseillait d’insister dans cette lancée. Mais, j’avoue qu’il y avait encore un peu de peur parce c’était une prise de risque énorme. Mais avec le temps, j’ai laissé le rap en français vu que les aimaient le rap en Ewondo, même ceux qui ne comprenaient pas cette langue.
Donc pour finir, c’est maintenant une ligne éditoriale pour moi, toutes mes chansons seront faites en Ewondo. Ce n’est pas juste un choix sur ce projet c’est plutôt un vision musicale que j’ai.

Hoosni Ndongo Frédéric : rapper en Ewondo, un choix
M.Z. : Votre EP s’appelle « Ndongo », un sens a ce nom?

Hoosni : Oui déjà c’est mon nom de famille. Ensuite, c’est mon alter égo c’est à dire mon personnage artistique. Maintenant l’EP s’appelle aussi « NDONGO » parce que je voulais dévoiler le personnage et la personne derrière HOOSNI, livrer mes émotions

M.Z. : Où peut-on le trouver ?

Hoosni : L’EP est disponible sur toutes les plates-formes d’écoute et de téléchargement légales à savoir Audiomack, Apple Music, Spotify, Deezer, Vrj Music, Stillac Play et bien d’autres via un lien unique : https://linktr.ee/Hoosni89

M.Z. : Et pour finir un petit message en Ewondo ?

Hoosni : Mi tam i yen dzé … Ma banda (é bod bëSë ba ding abeng azik), ma banda Beti Be Nanga bësë na be ve me ngul, be vogolo, be kus mezik mama asu yi na me ke ai metum Beti osu !*

Vous avez déjà vu quoi… J’invite tous les amoureux de la musique et de l’originalité, et j’invite plus particulièrement tous les Beti Be Nnanga à me soutenir, à écouter et acheter ma musique pour que je puisse continuer à valoriser notre langue et culture.©Minsilizanga.com

Hoosni sur FacebookInstagram

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :