Société

Produits blanchissants : pas de pub au Burkina Faso

Le Burkina faso interdit publicité pour produits éclaircissants

Share this post

Produits blanchissants : Au Burkina Faso, les chaînes télé appelées à interdire leur publicité

Le phénomène est si important qu’il mérite de s’y arrêter. De Yaoundé, Douala, Abidjan à Bamako, les capitales africaines croulent sous les publicités de produits blanchissants.

Que se soit dans les médias ou affiches XXL, les images trônent, généralement une femme extensions de cheveux à la tête, teint décoloré, regard alléchant. Le but : inviter le consommateur à adopter telle ou telle crème sensée lui donner un teint plus clair.

Sur les étals de marchés ou de parfumeries et autres grandes surfaces, même spectacle. Ici, malgré les dangers du blanchiment de peau, la pratique semble encouragée par des publicités agressives vendant un certain idéal de beauté.

Des réactions officielles mitigées et de peu d’effet face aux produits blanchissants

Face au fléau du décapage de peau en Afrique noire, certains pays essayent avec plus ou moins de succès de réagir. Mais généralement, manque de moyens ou intérêt pour la question, la sensibilisation reste timide. D’ailleurs, ici et là, il n’est pas rare de voir une journaliste de la télé afficher un teint blanchi, les artistes ne sont pas en reste. Le blanchiment en Afrique noir a le vent en poupe. Là où existe une réglementation, les actions pour la faire respecter ne semblent pas toujours suivre.

Malgré un contexte qui incite chaque jour plus au blanchiment, dans certains pays, les instances dédiées n’entendent pas baisser la garde

Le 27 septembre dernier, le président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) du Burkina Faso rencontrait des représentants des principaux médias télé du pays. Si le principal sujet portait sur les télénovelas et la nécessité de mieux contrôler leur diffusion, d’autres sujets ont été abordés. Parmi eux, celui des publicités de produits dépigmentants.

Me Mathias Tankoano, président du CSC a interpellé Canal+ sur le respect de la législation burkinabè. Le CSC a demandé à la chaîne de veiller à bannir les publicités pour produits dépigmentants, qui sont interdites dans le pays. ©Dzaleu.com

Votre marque sur Dzaleu.com