Premium, RELATIONS, Se connaître

Prendre le temps d’écouter plus jeune que soi

pere africain et fils dans un lit

Prendre le temps d’écouter plus jeune que soi

Ce texte est tiré d’une anecdote qui m’a fait réfléchir à cette capacité que nous avons ou non, à prendre le temps d’écouter plus jeune que soi.

Pourquoi? Parce que souvent, les moments où les plus jeunes nous surprennent par leur sagesse, sont rarement calculés. Pour les saisir, il faut parfois une volonté consciente de mettre en sourdine notre course au temps.

Il faut pouvoir s’arrêter, faire une pause mentale pour saisir au bond cette occasion qui nous est donnée de découvrir vraiment l’autre, aussi jeune soit-il, ne va pas de soi. Mais, qui apprend à s’y prêter, que pourra qu’être agréablement surpris par les résultats : des personnalités riches que notre intérêt sincère aide à être pleinement elles-mêmes.

Dialogue mère et fils où quand leurs mots mènent à des discussions riches d’enseignement

Ci-après une discussion à l’origine de ce billet sur l’importance d’écouter plus jeune que soi. Mon fils (12 ans à l’époque) à qui je suis entrain de parler de l’audience Facebook de Dzaleu.com (majorité de 18-34 ans)

  • Lui : Bon m’man, vu les chiffres j’imagine que ce n’est pas eux que tu iras parler de dossiers comme « comment surmonter la crise de la quarantaine ! »

Inutile de dire que ces mots m’ont arraché un fou rire, avant que le bonhomme ne continue :

  • Lui : Quoique, j’ai beaucoup aimé la vidéo psycho sur le corps des femmes après l’accouchement.

Moi : Ah bon ?

  • Lui : Oui ! Oui ! C’était très intéressant !

Et nous voilà partis pour une petite discussion très instructive sur le regard d’un pré-ado de 12 ans, sur un sujet comme la pression sociale touchant le corps des femmes.

Laisser les plus jeunes s’exprimer

Alors parents ou simplement plus âgés, la prochaine fois où votre enfant, neveu, nièce, petit-frère, petite-sœur vous questionne ou vous surprend par un propos, l’occasion est toute rêvée pour les laisser s’exprimer librement.

Laissez-les exposer leurs idées, leurs analyses. Relancez-les au besoin par des questions, ou écoutez-les simplement, avec bienveillance. Et on se surprend à voir à quel point derrière l’anecdotique, leur réflexion se construit. On se surprend à voir la sagesse derrière l’humour. @Minsilizanga

retour au haut de page
%d bloggers like this: