Grand angle, NEWS

Point de vue – Afrique et systémisation de la pauvreté, un changement de paradigme en cours

Point de vue – Afrique et systémisation de la pauvreté, un changement de paradigme en cours

L’Afrique, continent le plus riche en ressources naturelles mais aussi humaines, est toutefois présentée comme le continent « le plus pauvre », une incongruité en elle-même.

Autre incongruité, ce continent compte aujourd’hui un impressionnant nombre de bases militaires de pays de l’OTAN (UE et Etats-Unis en tête). Idem pour les missions onusiennes de la paix. Pourtant, le continent n’a jamais subi autant d’attaques. Et en même temps, autant de sommets sensés booster son développement.

Après le le sommet Afrique-France de Montpellier , un « non évènement » pour l’opinion africaine, les Etats-Unis seraient en préparation d’un sommet avec l’Afrique (on se demande pourquoi). Et en 2022, il y aura le très attendu sommet Afrique-Russie, après celui de 2019. Vous l’aurez compris, sur le continent africain, concernant sa jeunesse, le seul sommet qui leur paraît digne d’intérêt, est avec Moscou.

Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

.

Pour en revenir à l’ONU, à quoi servent ces missions de la paix et ces militaires étrangers?

Une question que les populations se pose de plus en plus.

Mali, Burkina, Niger…

Face à l’insécurité grandissante, la colère populaire augmente et cette fois, il va être difficile de faire croire aux populations que leur problème, c’est « la mal gouvernance » de leurs dirigeants, dédouanant ainsi ceux qui dirigent ces dirigeants. La jeunesse africaine fait de plus en plus la nuance, et c’est un grand changement de perception même si on n’en voit pas encore toutes les implications.

Le cas malien :

Voilà un peuple à qui on a de nouveau voulu vendre la sirène de la démocratie, qu’il suffisait de nouvelles élections chapeautées par l’extérieur, pour arranger sa situation. Mais cette fois, le discours ne passe pas. Les Maliens ont compris que leur problème n’est pas l’alternance, mais un système d’exploitation qui a systemisé leur misère. Aujourd’hui, c’est de ce système qu’ils veulent se défaire.

Le cas burkinabè :

Depuis mercredi 17 novembre, des manifestants, majoritairement jeunes, ont bloqué un convoi militaire français. Venu du Mali où la force Barkhane est en cours de retrait, il devait gagner le Niger voisin. Mais pour la population qui accuse de plus en plus la France d’être la cause de sa misère en ayant mis en place des mécanismes de domination, pas question de voir le convoi traverser leur territoire.

Du côté des autorités, le président Kaboré a limogé deux hauts gradés, mais cela n’a pas suffit à calmer la population. Pour elle, Roch Marc Christian Kabore apparaît de plus en plus comme un second couteau œuvrant pour le véritable responsable : l’extérieur, en l’occurrence la France.

Les images d’un petit garçon ayant abattu un drone militaire survolant les manifestants,
ont fait le tour de la Toile

Un changement de perception

Désigner nommément l’extérieur, ne plus considérer la communauté internationale (qui dans les faits se réduit aux pays de l’OTAN) comme bienveillante, la jeunesse africaine prend de plus en plus cette voix. Loin de concentrer sa colère et son attention sur ses présidents, elle comprend à présent que ceux-ci, issus d’écoles occidentales, membres d’organisations ésotériques occidentales, ont d’autres maîtres. Et c’est à eux qu’elle s’adresse à présent.

C’est un changement de paradigme énorme. Il est entrain de s’étendre dans l’Afrique francophone, et aura des conséquences énormes dans l’avenir.

  • Dzaleu.com
retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :