Actualités

Libra, future monnaie de Facebook : les enjeux pour l’Afrique

DZALEU.COM : Lifestyle & News

Libra, future monnaie de Facebook : les enjeux pour l’Afrique

Facebook, accompagné par 27 géants allant du paiement sécurisé au commerce en ligne et autres secteurs clés de la consommation nouvelle génération, a annoncé en juin l’arrivée de Libra, sa monnaie virtuelle. Sauf changement de calendrier, ce sera en 2020. Et parmi les marchés que visent Libra, les pays dits “en voie de développement” et parmi eux, les pays africains. Dans un continent à la démographie galopante, les nouvelles habitudes de consommation, qui misent sur les nouvelles technologies, ont un avenir prometteur.

Afrique et monnaie virtuelle : quels enjeux?

La diaspora africaine envoie plus de 50 milliards de dollars par an sur le continent, obligée généralement de passer par des intremédiaires payants que sont les sociétés de transfert. Dans un contexte de très faible bancarisation classique, les moyens de paiement alternatifs ont trouvé en Afrique des opportunités allant grandissantes. Les filiales des grands groupes de téléphonie ne s’y sont pas trompées, chacune, d’Orange à MTN ou autre, disposant de son réseau Mobile Money. Dans un article du Monde Afrique, l’économiste Jérôme Mathis analyse finement les implications et enjeux de Libra pour l’Afrique : « Avec sa cryptomonnaie, Facebook veut concurrencer les services de transfert d’argent en Afrique »

Libra arriverait en Afrique dans le contexte de l’Eco, la monnaie que la France veut mettre en place en Afrique de l’Ouest pour remplacer le CFA. Alors que la question de la souveraineté monétaire de l’Afrique francophone se pose toujours pour les détracteurs de l’ancienne monnaie coloniale, les pays de l’Afrique de l’Ouest entendent adopter l’Eco en 2020. C’est dans ce contexte qu’arrivera Libra, qui permettra à ses utilisateurs d’opérer des transactions monétaires directement via les applis Facebook (Whatsapp, Messenger, etc.) De même, de nombreux petits commerçants du continent auront recours à cette monnaie dématérialisée, loin des problèmes de liquidités ou absence récurrente de pièces et petites coupures pour rembourser leurs clients. Ils espèrent aussi que le recours aux monnaies virtuelles, réduisent les risques de vol. Que conclure?

S’il est vrai qu’à l’instar des autres zones à faible bancarisation comme l’Inde, l’Afrique constitue une source d’opportunités pour une monnaie virtuelle, il faut tout de même noter que celle-ci semble une fois de plus s’inviter dans le débat simplement comme potentielle consommatrice. Même si aucune date précise n’a été avancée, Libra arrive en 2020. Il sera alors intéressant d’observer son accueil par le public, et les mécanismes de réactions des classiques du systèmes. ©Dzaleu.com

je-m-abonne-a-dzaleu-button
retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :