Actualités, NEWS

Que contiennent les vaccins Covid? Une auditrice de Pfizer révèle des emails entre deux directeurs du groupe

Que contiennent les vaccins Covid? Une auditrice de Pfizer révèle des emails entre deux directeurs du groupe

Les vaccins actuels contre le Covid-19 contiennent-ils des tissus de fœtus humains entre autres substances? La question revient souvent sur les réseaux alternatifs. La dernière vidéo de Project Veritas, publiée ce jeudi 7 octobre 2021, parle justement de « fœtus humains ». Elle est tirée d’un entretien entre Project Veritas et Melissa Strickler, employée comme auditrice qualité chez Pfizer.

Melissa Strickler a divulgué des courriels internes qui montrent que les dirigeants de l’entreprise ont demandé à leur personnel de garder le secret sur l’utilisation de tissus fœtaux humains dans les tests de laboratoire du vaccin COVID.

Il s’agit de Vanessa Gelman, directrice principale de la recherche mondiale, et de Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer. Ce dernier reconnaît dans l’un des emails que des cellules issues d’un fœtus humain avorté sont bel et bien utilisées dans le test de vaccin COVID. Sortie ce matin, la vidéo a déjà été vue des millions de fois. Vanessa Gelman, elle, a supprimé son compte LinkedIn, un réseau professionnel.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

Voici quelques extraits de la cinquième vidéo de Project Veritas

Vanessa Gelman, directrice de la recherche chez Pfizer : « Du point de vue des affaires de l’entreprise, nous voulons éviter que l’information sur les cellules fœtales ne circule… Le risque de communiquer cette information à l’heure actuelle l’emporte sur les avantages potentiels que nous pourrions en retirer. En particulier auprès des membres du public. [Ils] pourraient s’emparer de cette information et l’utiliser d’une manière que nous ne souhaitons pas voir diffusée. Nous n’avons reçu aucune question de la part des décideurs politiques ou des médias sur ce sujet au cours des dernières semaines. Nous voulons donc éviter de soulever cette question si possible. »

Gelman : « Nous avons essayé autant que possible de ne pas mentionner les lignées cellulaires fœtales… Une ou plusieurs lignées cellulaires dont l’origine peut être retracée jusqu’au tissu fœtal humain ont été utilisées dans des tests de laboratoire associés au programme de vaccination. »

Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer : « Les cellules HEK293T, utilisées pour le test IVE, sont finalement dérivées d’un fœtus avorté. D’autre part, le comité doctrinal du Vatican a confirmé qu’il considérait comme acceptable que les croyants pro-vie soient vaccinés. La déclaration officielle de Pfizer formule bien la réponse et c’est ce qui devrait être fourni en réponse à une demande extérieure. »

Pour Melissa Strickler parlant des hauts responsables de Pfizer :

« Ils sont tellement trompeurs dans leurs courriels, c’est presque comme si c’était dans le vaccin final. Cela m’a juste poussé à ne pas y accorder foi. »

« Ce sont des révélations choquantes venant d’un courageux lanceur d’alerte de Big Pharma. Le public a le droit de savoir comment sont développés les produits qu’il consomme, en particulier les vaccins. Project Veritas encourage d’autres dénonciateurs travaillant à l’intérieur de Big Pharma à se manifester avec des informations dignes d’intérêt sur le vaccin COVID », a commenté James O’Keefe.

Project Veritas a dévoilé sa quatrième vidéo lundi 4 octobre, et elle indexait déjà le géant Pfizer.

Dans cette vidéo, différents scientifiques de Pfizer sont enregistrés. Parmi eux, Nick Karl, un scientifique qui participe à la production du vaccin COVID de Pfizer.

En début de semaine, Project Veritas annonçait ne pas en avoir fini avec le groupe :

« Si Pfizer pense que nous avons fini de les dénoncer, nous leur recommandons d’y repenser », écrivait alors James O’Keefe. « Un [autre] lanceur d’alerte rendra très bientôt publiques d’autres révélations qui feront l’effet d’une bombe », promettait le journaliste d’investigation. Chose faite avec la cinquième vidéo, qui vient crédibiliser ce qui était jusque-là considérée comme une « théorie du complot » : des tissus humains dans la composition du vaccin, uniquement les tests, si on en croit les emails entre les responsables de Pfizer.

Project Veritas est un groupe fondé en 2010 par James O’Keefe, journaliste indépendant

Présenté comme pro-conservateur, James O’Keefe entend entend dénoncer à travers Project Veritas, la corruption et les conflits d’intérêts dans la presse.

La particularité de Project Veritas est de procéder par caméra cachée. Mais aussi de faire appel à des « insiders » et « whistleblowers » (dénonciateurs, lanceurs d’alerte internes), pour exposer les pratiques cachées de certains groupes, sociétés ou politiques.©Dzaleu.com

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :