Actualités, NEWS

Football Cameroun : de nouveau du rififi à la Fecafoot

Football Afrique - Soccer Africa

Football Cameroun : de nouveau du rififi à la Fecafoot

A moins de deux de la CAN 2022 au Cameroun, c’est reparti pour du rififi à la Fédération camerounaise de football. C’est la question qu’on peut se poser au vu des derniers évènements. Semaine dernière, le général Pierre Semengue a mis les pieds dans le plat.

Président de la Ligue camerounaise de football professionnel (LFPC), le haut gradé se dissocie des résolutions de la dernière assemblée générale de la Fecafoot. En cause, la fédération nationale empiète sur les prérogatives de la LFPC.©Dzaleu.com

Azania (recueil de nouvelles) Minsili Zanga Mbarga - Librinova juillet 2020

CRTV News – Le général Pierre Semengue a signé un document distanciant son bureau des 21 résolutions prises lors de la dernière Assemblée générale de la FECAFOOT. Bien que le général de l’armée ait participé à la réunion exécutive du conseil d’administration de la FECAFOOT le 24 septembre 2020, il a déclaré plus tard clairement que la réunion avait apparemment méconnu l’autonomie du LFPC dans le football local.

Le général Pierre Semengue, se dit surpris lorsque la réunion de direction a capitalisé sur le mandat de la ligue de football professionnel plutôt que de chercher des modalités pour le lancement de la saison de football 2020/2021.

Dans le communiqué, Pierre Semengue précise en outre que sa présidence a l’autonomie de concevoir et d’adopter ses textes, et non la Fédération camerounaise de football, la FECAFOOT. Il met en avant les articles 14 et 19 des statuts de la FIFA qui mettent l’accent sur l’indépendance des structures du football et des associations membres par opposition aux statuts 18 et 17 de la FECAFOOT. Le communiqué en termes forts révèle que le LFPC est composé de représentants de club votés dans le cadre d’un mandat spécifique.

Nouveau bras de fer entre la Fecafoot et la Ligue camerounaise de football professionnel

La saga LFPC / FECAFOOT fait rage depuis si longtemps maintenant et a affecté négativement le football local ainsi que l’image du football camerounais sur la scène internationale. La récente querelle, l’un des nombreux combats enregistrés par les deux structures de football mais malheureusement vécus par les clubs locaux parmi d’autres victimes, la décision de l’Assemblée générale de la FECAFOOT de désigner des pouvoirs à Seidou Mbombo Njoya pour nommer le SG du LFPC est un dur écrou à craquer.

Selon l’une des 21 résolutions de l’assemblée générale qui vient de s’achever, les articles 39 et 40 des statuts confèrent au président de la FECAFOOT, le pouvoir de nommer le secrétaire général de la LFPC dans un délai de 72 heures.

Un autre domaine de divergence tel que relaté par le LFPC est la nature apparemment obstinée de la FECAFOOT à respecter le verdict du Tribunal Arbitral du Sport. Il convient de noter que, quatre jours environ après la publication de la décision de la Cour, le ministre des Sports a délibéré avec les camps en litige afin de les amener à un point de convergence.

Lors de la réunion, le MINSEP à travers la voix populaire de l’Etat a appelé la FECAFOOT et le LFPC à former une synergie pour l’intérêt du football local à l’heure où le Cameroun se prépare pour deux tournois de football; le CHAN 2021 et la CAN 2022.

Les efforts du ministre, entre autres, sont apparemment tombés dans l’oreille d’un sourd car le LFPC et la FECAFOOT doivent encore trouver des eaux calmes. La saga a en outre conduit à un autre échec du lancement de la saison de football Elite One 2020/2021 initialement prévue par le comité technique de transition de la FECAFOOT le samedi 26 septembre 2020.
Source : CRTV News

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :