Actualités, NEWS

Mali : Biographie de Bah NDaw, président de la transition

Mali Bah Ndaw president de la transition post-IBK

Mali : Biographie de Bah NDaw, président de la transition  

Le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) au pouvoir depuis le 18 août 2020, a fait connaître son choix lundi 21 septembre. L’ex-ministre de la Défense Bah N’Daw a été désigné pour diriger la transition.  

Azania (recueil de nouvelles) Minsili Zanga Mbarga - Librinova juillet 2020

Bref portrait du nouvel homme fort, en charge de diriger le Mali post-IBK

« Âgé de 70 ans, natif de San, dans le centre du pays, ‘Le grand’ comme l’appellent ses intimes eu égard à son mètre 95, est un personnage relativement peu connu du grand public qui a fait toute sa carrière dans l’Armée de l’air malienne, depuis sa création en 1976.

Incorporé comme engagé volontaire dans l’armée le 1er juin 1973, il est sélectionné l’année suivante pour un stage de pilote d’hélicoptère dans ce qui est alors l’Union soviétique, où se sont formés bien d’autres cadres militaires maliens. Le colonel Bah Ndaw a été l’aide de camp du dictateur Moussa Traoré, décédé la semaine dernière, arrivé au pouvoir par un putsch en 1968 et renversé par un autre en 1991, qui devait aboutir à la restauration d’un pouvoir civil. Tour à tour chef d’état-major de l’aviation, directeur du Génie militaire, et chef d’état-major adjoint de la Garde nationale, entre autres fonctions, il est aussi diplômé de la prestigieuse Ecole de guerre de Paris.  

En 2008, le colonel-major Bah Ndaw devient directeur de l’Office national des anciens combattants militaires retraités et victimes de guerre (ONAC), puis fait valoir ses droits à la retraite en 2012. Mais deux ans plus tard, c’est ce colonel à la retraite qui se retrouve à la tête des forces armées, en tant que ministre de la Défense du président Keïta, à la suite de la défaite cinglante de l’armée malienne à Kidal (nord-est), bastion de l’ex-rébellion à dominante touareg. Son prédécesseur, Soumeylou Boubèye Maïga, un poids lourd de la politique malienne, démissionne au lendemain de cette humiliation, refusant qu’on fasse « porter le chapeau à la hiérarchie militaire », selon son entourage. Mais le nouveau ministre de la Défense n’occupera ce poste que quelques mois. » (VOA)  

Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte militaire, a par ailleurs désigné vice-président de transition. La cérémonie de prestation de serment aura lieu le vendredi 25 septembre. ©Dzaleu.com – K.P.

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :