Actualités, NEWS

Cameroun : Paul Biya nomme le Pr Joseph Owona au Conseil constitutionnel

Le Pr Joseph Owona, membre de la Cours constitutionnelle camerounaise

Cameroun : Paul Biya nomme le Pr Joseph Owona au Conseil constitutionnel. Le chef d’Etat camerounais accorde aussi des remises de peine à certains prisonniers, en pleine crise du Covid-19

Absent de la scène publique depuis plusieurs semaines, le président camerounais a été malgré lui, la source de rumeurs les plus folles. En tête, celle alimentée par certains sympathisants du MCR (parti de Maurice Kamto, candidat malheureux à la présidentielle de 2018).

Portés par des extrémistes de la diaspora camerounaise, la rumeur annonçait Paul Biya mort. Par la suite, Maurice Kamto avait sommé par deux fois le président de se manifester. Paul Biya, connu pour son silence, est resté fidèle à lui-même face à ces remous.

Azania (recueil de nouvelles) Minsili Zanga Mbarga - Librinova juillet 2020

Sans aucun député, Maurice Kamto annonce avoir saisi l’Assemblée nationale pour constater une vacance du pouvoir

Mercredi 15 avril, Maurice Kamto s’est fendu d’un laconique message sur sa page sociale, annonçant avoir saisi le président et le Bureau de l’Assemblée nationale pour constater la vacance du pouvoir au Cameroun. Mais problème, un citoyen ordinaire ne peut saisir directement le président de l’Assemblée nationale. Il ne peut le faire que par le biais de ses élus, les seuls légalement autorisés à engager une telle saisine.

Or, le MRC, qui ne disposait avant 2020 que d’un unique député à l’AN, a engagé une virulente campagne de boycott des législatives de février 2020 au Cameroun. Au final, le parti de Maurice Kamto se retrouve aujourd’hui sans aucun député et à moins de passer par un député tiers, son président n’a aucune légitimité pour saisir directement l’AN.

Pendant qu’une branche extrémiste de sa diaspora se réjouit en ligen de sa « mort », Paul Biya signe des décrets

Mercredi 15 avril, deux décrets signés du chef d’Etat, ont été largement repris sur la Toile camerounaise. Le premier concerne la commutation et remise de peine de certains prisonniers, à l’exclusion de ceux poursuivis pour terrorisme, corruption, viols, etc.

Le deuxième décret concerne la nomination au Conseil constitutionnel camerounais, du Pr Joseph Owona. Considéré comme la bible du droit constitutionnel au Cameroun, il remplace à ce poste Jean Foumane Akame, décédé en 2019.©Dzaleu.com

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :