Actualités, NEWS

Intégration économique africaine : la ZLECAF entre en application juillet 2020

Carte de l'Afrique sur Dzaleu.com

L’intégration économique africaine sur les rails : la ZLECAF entre en application juillet 2020

Dans le cadre de son Agenda 2063, l’Union africaine souhaite accélérer la mise en place de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Au dernier sommet de l’organisation panafricaine, Mahamadou Issoufou (président du Niger), a été désigné comme présentateur d’un rapport d’étape à venir sur le projet de mise en place de la ZLEC. Le projet avait été mis sur les starting-blocks en juillet 2019 et devrait progressivement se concrétiser.

Certains pays, à l’instar du Rwanda, sont très actifs sur ce dossier. Dernière en date, la suppression de visa pour plus de 90 pays, dont lama majorité issus de la Francophonie et du Commonwealth. Avec cette initiative, Kigali entend encourager son tourisme, mais aussi faciliter la libre-circulation des Africains.

Au dernier sommet de l’UA, l’économiste Sud-africain Wamkele Mene, a été désigné pour diriger la ZLECA dont le siège est à Accra (Ghana)

Parmi les objectifs généraux de l’Accord portant création de la ZLECAF, il s’agit de « créer un marché unique pour les marchandises et les services facilité par la circulation des personnes afin d’approfondir l’intégration économique du continent africain et conformément à la vision panafricaine d’une «Afrique intégrée, prospère et pacifique » telle qu’énoncée dans l’Agenda 2063. »

L’Union africaine veut aussi « créer un marché libéralisé pour les marchandises et services » et « contribuer à la circulation des capitaux et des personnes physiques. »

La Zlecaf ambitionne entre autres de porter les échanges intercontinentaux à plus de 20%. Son lancement officiel est prévu au mois de juillet 2020. En mai 2020, aura lieu à Pretoria (Afrique du Sud), un sommet sur la question. Puis, rendez-vous à N’Djamena en juillet 2020 pour le lancement de la Zleca, projet déjà ratifié par la quasi-totalité des États africains. À la clé, la question de la fin des droits de douane entre pays africains.

Le 33ème sommet de l’organisation panafricaine s’est tenu les 9 et 10 février à Addis-Abeba, qui abrite le siège permanent de l’institution. C’est Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), qui a succédé à l’Égyptien al-Sissi pour la présidence tournante de l’UA. Pour le président sud-africain, le continent noir doit être le principal acteur de son marché et l’UA entend accélérer les choses pour le concrétiser. ©Dzaleu.comIG @dzaleu.com2

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :