CULTURE, Mode, MODE & BEAUTÉ, Premium

Tissus africains : L’Obom, signe d’élégance et de goût

Tissus africains : L’Obom, signe d’élégance et de goût

L’Obom, timide retour en force au Cameroun, tissu bien installé au Gabon

L’Obom, c’est ce magnifique tissu de prestige africain qu’on vous faisait découvrir comme tenues de mariage, ou encore comme tenue masculine de prestige.

L’Obom est caractéristique de la zone forestière (Centre, Sud, Est, notamment chez les peuples Fang-Beti). Tenue incontournable des autorités traditionnelles qu’on voit revenir en force, il séduit de plus en plus de camerounais originaires de cette ère, après des décennies d’abandon.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

L’Obom, signe d’élégance et de goût

« Chez les Fang- Beti, cette écorce  est extraite  d’un arbre qu’on appelle ‘Aloa’, mais ce nom diffère en fonction des tribus Beti. C’est un arbre  qu’on rencontre en zone équatoriale plus précisément  dans les régions  du centre et du Sud du Cameroun », écrit le site Aulectch dans un instructif article sur l’Obom.

On y apprend que chez les Bulu, composante Fang-Beti surtout installée au Sud du Cameroun, il s’appelle « Andom », qui renvoie à la notion d’élégance. D’ailleurs, chez les Beti, on dit d’un homme beau, bien apprêté, qu’il est un « ndoman mot » ou alors, face à un homme élégant, on peut se retrouver à siffler un « andoman ! » admiratif.

Etaba Beyala, première dauphine Miss Cameroun 2022
dans une tenue mixant bustier en Obom et jupe

Auletch – Chez les Bulu de Nkolandom par exemple, l’arbre sur lequel est extrait les fibres d’écorces qui donne l’Obom est appelé « Andom », qui veut dire élégance. L’histoire raconte que l’Obom permettait à toute personne qui le portait de briller par son élégance, après s’être oint le corps avec la poudre du bois rouge(Padouk) mélangée à l’huile de palme, avec quelques ornements sur la peau et des parures (Colliers, Ceinture, Bracelets, et autres etc…)

Toujours selon le site, parlant cette fois des peuples forestiers du Mbam (Centre Cameroun) : « Dans le Mbam plus précisément chez les Bafia, l’arbre avec lequel on obtient l’Obom s’appelle « Nloi », il se raconte que pendant les guerres tribales, les Bafia fuyant les foulbé ont trouvé refuge chez les Eton, et c’est de là qu’ils ont appris la fabrication de  l’Obom,  auprès des Eton, qui étaient des maîtres dans l’art. Ce qui a poussé certains peuples Bantou à venir apprendre cette nouvelle technique de se vêtir chez les Eton.

Ces dernières années, on constate un retour en force de l’Obom après du public originaire des zones forestières. La donne est différente au Gabon, où l’Obom n’a jamais perdu de son aura populaire. Là-bas, on se marie avec des merveilleuses tenues en Obom.

Photo d’illustration : Touch By Rhim

je-m-abonne-a-dzaleu-button
retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :