Grand angle, NEWS

MARBUG, une « fausse pandémie » en prévision ?

MARBUG, une « fausse pandémie » en prévision ?

C’est du moins ce qu’affirment certains lanceurs d’alerte, et pas des moindres, car on y retrouve des médecins, comme ce gynécologue italien (vidéo plus bas).

Ces derniers temps on a vu des médias parler du virus Marbug, aussi mortel que Ebola. Une raison suffisante pour y regarder de plus près, et faire le point sur les dernières communications sur le sujet.

Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

.

Marburg, qu’est-ce que c’est?

« La fièvre hémorragique de Marburg est une maladie grave, associée à une forte létalité et provoquée par un virus de la même famille que celui à l’origine de la fièvre hémorragique à virus Ebola », peut-on lire sur Futura Sciences. Ce virus a l’un des taux de létalité (risque de mourir) les plus élevés au monde, 88%.

« Au microscope électronique, les particules virales apparaissent comme des filaments allongés s’enroulant parfois en formes étranges, d’où le nom de la famille : les filoviridés. Ils font partie des agents pathogènes les plus virulents pour l’homme que l’on connaisse », continue l’article.

Dans les deux vidéos partagées dans cet article, voici résumé le message :

« Les effets secondaires des vaccins Covid (thrombose, embolie, etc.), ressemblent à ceux du virus Ebola, fièvre hémorragique très mortelle. Selon ces lanceurs d’alerte, ces effets secondaires vont être présentés comme « un nouveau virus » (Marburg) et gagnées par une peur indescriptible, les populations vont courir vers toute solution pouvant les en préserver. Et tout est déjà prêt pour leur apporter la solution : des nouveaux vaccins actuellement en développement. Mais, ces vaccins eux-mêmes seront encore plus mortels… »

.

Une « théorie du complot » ?

Ne nous avançons pas trop vite. Lorsqu’on analyse les propos même de plusieurs personnalités comme le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ou encore le controversé Bill Gates, le virus Marburg inquiète.

Tedros Ghebreyesus (OMS), qui s’exprime dans les vidéos ci-dessus, reconnaît lui-même l’existence de Marburg, un virus selon lui qui nécessitera les mêmes mesures de distanciation, confinement et quarantaine comme avec le Covid-19. D’après le directeur de l’OMS, des vaccins sont déjà en développement pour pallier à une survenue de Marburg.

Pour Bill Gates, dans cet entretien au think thank londonien Policy Exhange, le patron de Microsoft devenu le plus grand privé impliqué dans le domaine sanitaire, et fervent promoteur de la vaccination, parle de la nécessité pour le monde de se préparer aux prochaines pandémies, plus graves.

Il appelle d’ailleurs à la mise en place d’un fonds de un milliard de dollars, pour cela. Bill Gates a aussi récemment évoqué la nécessité pour le monde de jouer à des « jeux de germes » car, comment réagirait-il si par exemple le virus de la variole revoyait jour.

« Vous dites, OK, et si un bioterroriste amenait la variole dans 10 aéroports ? Vous savez, comment le monde réagirait-il à cela ? Il y a des épidémies d’origine naturelle et des épidémies d’origine bioterroriste. Qui pourraient même être bien pires que ce que nous avons connu aujourd’hui »

Quelques temps après ces propos, mardi 16 novembre, des fioles de variole ont été découvertes. C’était dans une installation de Merck à l’extérieur de Philadelphie. Merck, qui prépare la venue de son médicament anti-Covid à 712 dollars la dose, la France ayant déjà acheté 50 000 doses; comme l’annonçait son ministre de la Santé, Olivier Veran. Pourtant, Merck est le laboratoire qui détient l’Ivermectine, médicament jugé efficace contre le Covid-19. D’un coût moindre (moins de 5 dollars), il est interdit dans les pays occidentaux.

Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

.

Le monde ignorera-t-il le bon sens africain si une nouvelle pandémie voyait jour?

Les pays africains touchés par le virus Ebola ont jusqu’à présent toujours réussi à le contenir. Le tout, sans tomber dans une psychose collective ou des restrictions généralisées.

Même si Marburg apparaissait, l’Afrique pourrait donc à nouveau servir d’exemple. Comment? En montrant qu’on peut gérer un virus sans que cela impacte la population entière.

Ce fut le cas pour le coronavirus, même si encore une fois, le bon sens africain n’a pas été suivi en Occident. Ce continent, toujours présenté comme « le plus pauvre », devait vivre une hécatombe. C’est ce que prédisait l’OMS. Pourtant, l’Afrique est le continent qui a le moins confiné, et celui avec le moins de décès.

En conclusion

Face à la recrudescence des reportages sur Marburg, s’y intéresser ne signifie pas croire en toute théorie sur le sujet, mais de s’informer. Ainsi, si demain une pandémie de ce nom est annoncée, chacun disposera d’assez d’éléments pour se forger sa propre opinion. ©Dzaleu.com

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :