Actualités, NEWS

Des plantes pour remplacer des ampoules : le pari du MIT

Des plantes pour remplacer des ampoules : le pari du MIT

Des plantes vertes émettrices de lumière, capables de remplacer les ampoules classiques pour éclairer, c’est le défi que le Massachusetts Institute of Technology s’est donné.

Selon le MIT, ces plantes lumineuses développées grâce à des nanoparticules contenant de la luciférase, peuvent être rechargées en dix secondes seulement, comme le révèle cet article du site Interesting Engineering.

En décembre 2017, le MIT a annoncé qu’un groupe de chercheurs avait créé des plantes lumineuses en intégrant des nanoparticules spécialisées dans les feuilles de plantes de cresson. L’expérience leur avait permis d’émettre une lumière très faible pendant près de quatre heures.

Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

« Un grand pas vers l’éclairage à base de plantes » pour Michael Strano, chef des chercheurs

Les chercheurs ont ensuite continué leurs expériences, avec pour objectif d’arriver à faire émettre au cresson assez de lumière pour éclairer une maison ou un espace de travail.

Selon les ingénieurs du MIT, leurs plantes peuvent aujourd’hui être chargées par une LED en seulement dix secondes. Elles émettent dix fois plus de lumière que les plantes des premières expériences et surtout, durent plus longtemps. Toutefois, elles nécessitent d’être régulièrement rechargées.

« Nous voulions créer une plante émettrice de lumière avec des particules qui absorberont la lumière, en stockeront une partie et l’émettront progressivement », a déclaré Michael Strano, professeur de génie chimique au MIT et principal auteur des nouvelles recherches.

The Next Generation of Nanobionic Light-Emitting Plants
Plantes lumineuses nanobioniques, la luciole inspire le MIT

D’après Interesting Engineering : « Les nanoparticules spécialisées peuvent également stimuler la production de lumière de tout autre type de plante émettrice de lumière. Elles contiennent également l’enzyme bien nommée luciférase, une substance présente dans les lucioles. Ce processus est un exemple du domaine émergent de la ‘nanobionique végétale‘, dans lequel les chercheurs développent des moyens d’accroître les caractéristiques des plantes. »

« Afin de faire briller leurs plantes plus longtemps, Strano et son équipe ont créé et utilisé un ‘condensateur de lumière’, qui est normalement la partie d’un circuit électrique capable de stocker des photons et de les libérer en cas de besoin », continue l’article.

Après ce nouveau succès qui leur permet de franchir une nouvelle étape, les chercheurs souhaitent maintenant améliorer leurs plantes lumineuses afin que la durée d’émission de leur lumière, soit plus longue.

Dzaleu.com

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :