Actualités, NEWS

Australie (État de Victoria) : Le premier ministre laisse entrevoir la fin des règles qui excluent les non-vaccinés.

Australie (État de Victoria) : Le premier ministre laisse entrevoir la fin des règles qui excluent les non-vaccinés.

Article traduit*

Le gouvernement de l’État a donné l’indication la plus claire à ce jour des critères qu’il utilisera pour supprimer les mandats de vaccination controversés, alors que les critiques se multiplient à l’égard des règles obligeant les gens à prouver leur statut vaccinal dans les magasins et autres lieux.

Le Premier ministre Daniel Andrews a déclaré que les règles pourraient changer dans les prochaines semaines, mais seulement après que les autorités sanitaires aient évalué le déploiement des vaccins COVID-19 pour les enfants âgés de cinq à onze ans, ainsi que le programme de rappel.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

C’est la première fois que le gouvernement de l’État de Victoria expose les éléments sur lesquels repose la suppression des mandats, et cela quelques jours seulement après qu’un employé d’une librairie populaire, qui vérifiait le statut vaccinal des clients, aurait été poussé dans les escaliers mécaniques par un client qui refusait de s’enregistrer à l’aide d’un code QR.

Les experts en santé publique avaient exhorté les autorités à mettre fin à l’enfermement des personnes non vaccinées lorsque les taux d’inoculation ont atteint 90 %, en faisant valoir que ce niveau de couverture serait suffisant pour protéger l’État contre toute augmentation de la transmission.

Lorsqu’on lui a demandé quand les mandats seraient supprimés, M. Andrews a répondu jeudi 2 décembre que l’équipe de santé publique attendait des conseils sur un vaccin pour les enfants, et si les gens devaient recevoir leur troisième injection pour être considérés comme complètement vaccinés – plutôt que la couverture actuelle de deux doses.

« Nous devons voir ce qui se passe avec cela », a déclaré le Premier ministre.

« Ce n’est pas dans des mois et des mois, ce sera dans les prochaines semaines, et alors nous serons dans une position meilleure et plus forte pour peut-être avoir quelques changements. Quand nous aurons ces changements, s’ils doivent être faits, nous les ferons. »

Le gouvernement fédéral a demandé à l’organe consultatif national sur les vaccins, l’Australian Technical Advisory Group on Immunisation, de revoir le calendrier des injections de rappel en raison des risques potentiels posés par la nouvelle variante Omicron COVID-19.

La Therapeutic Goods Administration attend des données supplémentaires en provenance des États-Unis avant de décider d’approuver ou non les vaccins Pfizer ou Moderna pour les enfants âgés de cinq à onze ans. S’ils sont approuvés, le groupe consultatif technique conseillera alors le gouvernement sur les détails du déploiement.

Les mandats de vaccination sont l’un des points chauds des hostilités pandémiques qui ont opposé les Victoriens aux autorités, entraînant des rassemblements de masse au cours des derniers mois, et parfois des menaces violentes à l’encontre des politiciens et des fonctionnaires.

je-m-abonne-a-dzaleu-button

.

Vive opposition en Australie face aux restrictions

De grandes manifestations contre les vaccins obligatoires dans le secteur de la construction ont eu lieu en septembre, avant de se transformer en une résistance générale à la vaccination obligatoire et aux mesures de confinement, puis de se fondre dans l’opposition à la loi controversée du gouvernement sur la pandémie qui a été adoptée par le Parlement jeudi.

Margie Danchin, spécialiste australienne de la vaccination et membre de l’Institut de recherche sur l’enfance Murdoch, a déclaré que les mandats de vaccination généralisés devaient être immédiatement revus et que la fin ne justifiait pas les moyens dans une société qui était en passe d’atteindre une couverture à double dose de 93 % d’ici la fin de l’année.

Elle a déclaré que si les politiques de vaccination obligatoire étaient nécessaires pour certains secteurs, notamment les travailleurs de la santé et les enseignants, elles devaient être revues en permanence pour s’assurer que les règles étaient proportionnées au risque.

« La présence permanente de mandats (…) crée une société très divisée », a déclaré le professeur Danchin.

« Les personnes non vaccinées et les personnes vaccinées sont divisées, ce qui mine la confiance dans le gouvernement et les prestataires de soins de santé et fracture les relations au sein des familles. Il devrait être beaucoup plus axé sur la compréhension du risque réel. » [Article complet]

*The Age

.

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :