NEWS, Premium, STYLES DE VIE, Voyages

« Akon City », ville futuriste aux alentours de Dakar : où en est-on un an après?

Akon City à Mbodiène au Sénégal

« Akon City », ville futuriste aux alentours de Dakar : où en est-on un an après?

Fin août 2020, l’artiste d’origine sénégalaise Akon annonçait le lancement du pharaonique projet « Akon City » Il s’agit d’une ville « futuriste » située à une centaine de Km de Dakar, la capitale sénégalaise. Mais, un an plus tard, les travaux n’ont toujours pas débuté.

Une ville estimée à 6 milliards de dollars

Le 31 août 2020, Akon tenait une conférence de presse à Dakar. A ses côtés quelques officiels, preuve de l’intérêt suscité par son projet. En marge de la conférence de presse, la première pierre était posée par Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des Transports aériens du Sénégal en personne. Annonce était faite que dès le premier trimestre 2021, Akon et ses investisseurs allaient débuter les travaux proprement dits. Leur objectif : faire naître « Akon City », avec au moins 55 Ha occupés d’ici 2023, et 500 Ha d’ici 2030.

Dans « Akon City », outre l’architecture inspirée de l’Afrique, on y trouvera tout pour en faire une ville attractive. Lieux de détente, studios de cinéma, hôtels, université, hôpitaux, centres d’affaires, etc. Conçue par l’architecte Libanais Hussein Bakri, la ville devrait accueillir près de 300.000 habitants.

A ceux qui craignent les éventuelles déséquilibres socio-économiques voire culturels que cette ville futuriste provoquerait, voici ce que l’architecte répondait à RFI : « Monsieur Akon a rencontré les populations locales pour leur expliquer que ce projet est d‘abord pour eux. »

Qui finance Akon City?

Lors de la conférence de presse de lancement, le promoteur n’avait pas voulu répondre à cette question. Selon Akon, l’identité des investisseurs ne pouvait être révélée. Pourtant, à l’heure du débat sur le changement climatique et l’un de ses corollaires (villes résilientes), il serait intéressant de savoir qui va financer cette ville.

Parlant de « villes résilientes », la Fondation Rockfeller y est très impliquée. En 2013 déjà, elle sélectionnaient 33 villes dans son programme, donc Durban en Afrique du Sud, et Dakar au Sénégal.

Akon City peine à démarrer, un an après l’annonce de son lancement

Où en sont les constructions pour faire sortir Akon City de terre?
Place à cet extrait d’un article du Huffinghton Post sur le sujet : « Il y a un an, le rappeur Akon lançait au Sénégal, son pays d’origine, ‘Akon City’, son projet de ville futuriste. Mais depuis, le chantier ne s’est pas matérialisé et les habitants s’interrogent sur les retombées espérées. Sur le site, à Mbodiène, sur la côte atlantique du Sénégal, à une centaine de kilomètres au sud-est de Dakar, trône seule la pancarte ‘Akon City’.

L’écriteau est posé sur la première (et seule) pierre placée sur le terrain pour commémorer le début des travaux, il y a de cela déjà un an. La pancarte affiche des constructions aux formes fantasmagoriques d’une ville futuriste mais toujours inexistante. ‘On n’a pas encore vu grand-chose’, soupire Jules Thiamane, 35 ans, qui travaille dans le tourisme. ‘C’est un début de déception’ pour la population du village par rapport aux promesses de la cérémonie d’inauguration, résume-t-il.

Paul Martin, en charge du projet au sein de l’entreprise KE International, basée aux États-Unis, a affirmé que les travaux débuteraient effectivement en octobre. ‘Les 12 premiers mois ont été consacrés à la planification, aux autorisations, aux passations de marchés et au recrutement de sous-traitants’, a-t-il expliqué.

KE International, qui a remporté le marché de construction d’’Akon City’, achève la réalisation d’une cité similaire au Kenya, d’un budget également évalué en milliards de dollars, pour le compte de l’homme d’affaires kenyan Julius Mwale, partenaire d’Akon. »

Le promoteur de « Akon City »

Né le 16 avril 1973 aux Etats-Unis de parents sénégalais, Alioune Badara Thiam dit « Akon », fourmille d’idées pour l’Afrique. Électrification de zones rurales, plateforme numérique dédiée à la musique ou encore l’envie de voir naître une ville futuriste inspirée de la culture africaine : « Akon City. »

Pour l’architecte Hussein Bacri, « Akon City est une utopie de la nature » car, c’est bien celle-ci qui l’a inspiré, de même que le baobab, arbre mythique du continent.

Une vision qui a plu à Akon. L’artiste de 48 ans espère faire de sa ville la première destination pour tout afrodescendant désireux de s’immerger sur le continent. Car, le projet d’Akon City est d’en faire une ville autonome vivant essentiellement du tourisme. Sa cible première, les Afro-Américains.

« Une de mes plus grandes motivations, c’est que quand je suis aux États-Unis, je rencontre beaucoup d’Afro-Américains. [Ils] ne comprennent pas vraiment leur culture. J’ai donc voulu construire une ville ou un projet comme celui-ci pour leur donner la motivation de venir voir d’où ils viennent. »

C’est ce que Akon déclarait en 2020, lors de la conférence de presse présentant son projet au monde. ©Dzaleu.com – Pacôme K. et O.B.

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :