Actualités, NEWS

Afrique du Sud : une pub raciste sur des cheveux suscite l’indignation

Afrique du Sud carte

Afrique du Sud : une pub raciste sur des cheveux suscite l’indignation

Clicks, chaîne de pharmacies, a été mal inspirée pour sa dernière campagne pub. Dans celle-ci, l’enseigne présente les cheveux d’une femme noire comme « ternes » « secs » et « abîmés ».

A l’inverse de ceux d’une femme blanche, « normaux », « lisses ». Dès lundi, de nombreux manifestants habillés de rouge ont répondu à l’appel du parti de Julius Malema pour sceller les magasins Cliks.

Pour le leader politique très populaire, les Blancs insultent des Noirs puis présentent des excuses en pensant que c’est bon, « il faut que cela cesse (…) Nous voulons la justice, pas des excuses. »

Azania (recueil de nouvelles) Minsili Zanga Mbarga - Librinova juillet 2020

(VOA) – Tout a commencé vendredi : un tweet de Clicks décrit les cheveux d’une femme noire comme ternes, secs, abîmés et les compare à ceux d’une femme blanche qualifiés de normaux. La publicité a causé une profonde indignation et la direction de Clicks a présenté ses excuses.

Mais ces gestes n’ont apaisé le parti politique des Combattants pour la liberté économique (EFF), dirigé par Julius Malema, qui a lancé un appel à sceller les magasins Clicks.

« La consigne est très claire : demain et pour le reste de la semaine, je me présenterai devant [Clicks] au centre commercial à Polokwane à 9h du matin avec mes cheveux secs et abîmés », a écrit M. Malema sur son compte Twitter

Les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des manifestants habillés en rouge – la couleur symbolique de l’EFF – qui posent des verrous aux portes des magasins Clicks. Au moins un magasin a été bombardé à l’essence, selon la chaîne SABC.

Le PDG de Clicks, Vikesh Ramsyunder, a déclaré que les employés impliqués dans la diffusion de la publicité controversée ont été suspendus, rapporte l’agence de presse IOL. TRESemmé, la société qui a produit la publicité, a aussi présenté ses excuses et a annoncé l’ouverture d’une enquête.

L’affaire se joue aussi devant les tribunaux

Dans une lettre envoyée à l’EFF, les avocats représentant Clicks ont sommé le leadership du parti de retirer leurs publications sur les réseaux sociaux et de mettre fin à la fermeture des magasins.

Mais lundi, c’est Julius Malema lui-même qui apparait dans une vidéo diffusée sur Twitter en train de verrouiller un magasin Clicks.

« Nous sommes ici pour dire non au racisme », a déclaré pour sa part le vice-président de l’EFF, Floyd Shivambu, devant un magasin Clicks. « Le racisme doit être rejeté et doit être combattu partout », a-t-il ajouté.
Source : Voa Afrique

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :