ACTUALITÉS, Notre sélection

France – Un projet de loi pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal en janvier 2022

France – Un projet de loi pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal en janvier 2022

Vendredi 17 décembre, le Premier ministre français, Jean Castex, a déclaré vouloir transformer le pass sanitaire actuel en pass vaccinal.

« Ce pass vaccinal, fonctionnera uniquement grâce à un schéma vaccinal complet et plus sur présentation d’un simple test négatif comme c’est le cas actuellement », selon le chef du gouvernement.

. DZALEU.COM .
Newsletter Dzaleu.com : abonnez-vous pour ne rien manquer !

Le projet sera discuté en conseil des ministres le 5 janvier, puis à l’Assemblée nationale le 7 janvier.

Un passage au Sénat est déjà programmé pour le 10 janvier, le gouvernement souhaitant aller vite.

En cas de passage de la loi dans les deux chambres, les tests PCR ou antigéniques ne donneront plus droit à l’obtention d’un pass sanitaire.

Pour Jean Castex, tout doit être fait pour pousser les non vaccinés à recourir à la vaccination contre le Covid-19
Rejoignez-nous sur Telegram
Reinfo et société : @dzaleumedia 
Vidéos archives : @dzaleuvideos
Langue Beti : @dzaleu_ekang

Des mesures qui visent les non vaccinés en priorité

« Nous assumons de faire peser la contrainte sur les non-vaccinés : ils sont largement majoritaires dans nos services de soins critiques », a déclaré le chef du gouvernement.

Une affirmation contestée par les médias alternatifs. Pour ceux-ci, des pays voisins comme le Royaume-Uni, présentent dans leurs statistiques des chiffres qui montrent que les personnes contaminées et hospitalisées sont majoritairement des doubles voire triples vaccinées, comme en Israël.

Il serait statistiquement impossible que la France connaisse un schéma totalement différent. De même, sur la question des vaccinés qui engorgeraient les hôpitaux, ces médias alternatifs soulignent le nombre de lits supprimés dans les hôpitaux français ces dernières années, plus de 10.000.

je-m-abonne-a-dzaleu-button

.

Une pression grandissante sur les non-vaccinés, toujours plus privés de libertés fondamentales

Aujourd’hui en France, ils sont déjà contraints à des tests d’une validité de 24 heures et non pas 72 heures. Ce qui représente un coût financier conséquent, les autotests non supervisés ne donnant plus droit au pass sanitaire. Ceux-ci reviennent à 5,20€ l’unité.

Lorsque les non vaccinés arrivent à trouver une pharmacie qui accepte de superviser un autotest (ce qui est rare), il leur faut alors débourser 12,50€, soit près de 18€ le coût total. A défaut, un test antigénique en laboratoire leur reviendra de 22 à 26€ en moyenne, nettement plus, pour un test PCR. Pour un travailleur soumis au pass sanitaire, c’est donc une somme d’au moins 100€/semaine qu’il doit actuellement consacrer aux tests.

Rejoignez-nous sur Telegram
Reinfo et société : @dzaleumedia 
Vidéos archives : @dzaleuvideos
Langue Beti : @dzaleu_ekang

Troisième dose obligatoire pour les soignants et pompiers

Le Premier ministre a aussi annoncé que l’accès à la dose de rappel (booster) est désormais possible après 4 mois et non 5.

Samedi 18 décembre, c’était au tour de son ministre de la Santé, Olivier Veran, d’annoncer que les métiers soumis à l’obligation vaccinale, devront avoir une troisième dose obligatoire.

retour au haut de page
%d blogueurs aiment cette page :