assako-cameroonian-singer-chanteuse-camerounaise-mvet-jazz-cameroun
DZALEU +, Je parle Ekang

L’importance de la langue : Interview avec l’artiste Assako

Share this post

L’importance de la langue : Interview avec l’artiste Assako. Nos langues sont « notre richesse » pour la chanteuse camerounaise Assako.

Minsili ZANGA : Enfant, parlais-tu la langue à la maison ?

ASSAKO : Enfant, je maitrisais le français car c’est la langue que mes parents (maman Yambassa et papa Bulu) nous parlaient. Nous avions des voisins Ewondo, donc je comprenais aussi cette langue sans la parler vraiment.

Minsili ZANGA : Et au village, ça se passait comment ?

ASSAKO : Du côté de ma maman même au village les gens s’exprimaient en français. Seule ma grand-mère parlait en Yambassa. Du côté de mon père au village près d’Ebolowa, le jugement des gens était sévère. Ils ne comprenaient pas qu’on leur parle en français et pas en Bulu.

Minsili ZANGA : Pourtant aujourd’hui, tu chantes en plusieurs langues dont celles du pays. Comment as-tu réussi à t’exprimer finalement dans ta langue ?

ASSAKO : Je me rappelle qu’à l’extérieur, surtout du côté Ekang, dès que je donnais mon nom, on me demandait systématiquement de quel clan j’étais. Ensuite, dans le monde des cabarets, voir mes collègues parler la langue m’a amené à me remettre en cause. J’ai alors décidé d’apprendre. Ce fut difficile au début car je n’avais pas de base, mais avec la volonté j’y suis arrivée. Je continue d’ailleurs d’apprendre.

Notre initiative d’un site en langue africaine et ses versions traduites vous plaît ?
Soutenez-nous ici

Assako-cameroonian-singer-african-musicians
Assako (Camerooniansinger) by JL Hess

Minsili ZANGA : Quelle est l’importance de la langue selon toi ?

ASSAKO : Quand on ne parle pas sa langue, à un moment on ressent un manque, comme si son identité était incomplète. Pour moi, le fait de chanter en langue a été un choix et un combat. Quand on se réapproprie nos langues, on se réapproprie notre vraie identité. On appréhende mieux le monde avec ses référents. Connaître sa langue permet aussi de mettre fin aux barrières artificielles. Par exemple, on peut vraiment échanger en profondeur avec ceux du village, et voir l’étendue de leur savoir. C’est enrichissant.

Minsili ZANGA: Que dirais-tu aux jeunes sur ce sujet ?

ASSAKO : Mon message aux jeunes est de revenir à nos langues, notre richesse. Ils doivent savoir que nos langues ne sont pas des « patois », elles font partie de notre identité.©Dzaleu.com

Notre initiative d’un site en langue africaine et ses versions traduites vous plaît ? Soutenez-nous ici

Ces articles pourraient vous intéresser...

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *